DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

 

MONT VALERIEN CEREMONIE DU SOUVENIR DU 23 NOVEMBRE 2008

Allocution de la Présidente 

Nous venons une nouvelle fois de vivre  des instants chargés de souvenirs et d'émotion et de combien d'émotion.J'ai dit lors d'une précédente  année que pour moi cette Cérémonie avait une âme, je le pense toujours et j'ajoute que grâce à votre présence Colonel, à vos Officiers sous Officiers aux Officiers de Réserve, en un mot à tous ces uniformes qui complètent la présence de nos drapeaux, vous tous apportez à notre célébration ce supplément d'âme qui sans vous  lui manquerait. Mais de plus cette année comment exprimer notre joie devant la présence de tous ces jeunes venus volontairement  nous accompagner ce matin et surtout accompagner nos Porte-Drapeaux qui sont notre fierté et pour lesquels nous avons une véritable tendresse. Ils ont su comprendre que tous ces jeunes ressentaient l'honneur qui leur était fait d'être là présents au milieu d'eux. 

Avant  de remercier tous ceux grâce auxquels nous avons pu réussir cette réunion, je voudrais vous dire Général COMBETTE combien nous avons été honorés par votre présence, vous dont nous savons à quel point votre dévouement à la cause de la Mémoire est immense et combien il occupe votre temps. Mais en restant partager notre déjeuner c'est en plus de l'honneur un très grand plaisir que vous nous faites. Soyez en profondément  remercié.            

J'ai été réellement très émue ce matin car j'ai trouvé le spectacle de l'Esplanade exceptionnel, surtout qu'hier soir j'ai eu très peur que le mauvais temps ne décourage les bonnes volontés. .Mesdemoiselles, Messieurs vous m'aviez promis lors de la remise des prix au concours de la Résistance et la Déportation, que vous seriez présents nombreux aujourd'hui.  

Félicitations, vous avez tenu parole, je n'espérais pas un tel résultat, vous m'avez donné ce matin une grande joie, donc merci, un très grand merci. Mes remerciements vont à tous de la même façon : les services de la Préfecture, ceux de la Mairie de Suresnes, le 8eme RT, la Police, la protection civile, messieurs Kimpyneck, Ropars et Duvigneau avec leurs commissaires Les amis bénévoles comme Mrs Ourceyre et Jouin, le commandant Faber avec ses Réservistes dont certains comme Monsieur Palacio présent pour la 1refois nous  a donné la preuve de sa compétence et de son dévouement comme tous les autres. A  tous va ma profonde reconnaissance                

Mais je dois également dire toute la participation prise par l'Inspection d'Académie comme par tous les proviseurs et professeurs qui ont magnifiquement joué le jeu et aidé dans toute la mesure du possible, en facilitant l'inscription des jeunes, me les communiquant,  et les accompagnant nombreux Nous avons réalisé là une magnifique expérience et j'en suis infiniment reconnaissante aux uns comme aux autres           

Et puis merci à vous tous de votre présence fidèle, nombreuse, bravant le froid, ce n'est que grâce à vous qu'existe toujours cette Cérémonie, et grâce à vous et aux nouvelles générations, qui j'en suis sûre viendront, qu'elle continuera d'exister.           

Pour nous dont le temps est compté, nous sommes tous préoccupés par ce "devoir de mémoire.". Je sais que l'on nous dit" maintenant c'est le temps des historiens.".Peut-être mais des témoins sont encore là, qui ont vécu avec leurs tripes toute cette période et ils savent qu'il faut aujourd'hui lutter contre cette tentation tellement française d'opposer les uns aux autres.             

Qui aujourd'hui oserait établir une hiérarchie entre les mérites et les souffrances d'Honoré d'Estiennes d'Orves fusillé au Mont Valérien, et Jean Moulin torturé à mort et décédé  dans le train qui l'emmenait en Allemagne, qui oserait opposer un jeune Résistant fusillé en Ile de France et un jeune de la France Libre qui après avoir traversé un déluge de feu et de sang est venu mourir en haut des falaises de Normandie.           

Nous sommes réunis dans ce lieu qui pour nous respecte tous les sacrifices et tous les morts. Il y a la Clairière qui est en elle-même tout un drame et il y a la Crypte où ainsi que l'a désiré le Général de Gaulle sont réunis tous ceux grâce auxquels la France a retrouvé son honneur et sa liberté. Elle renferme toutes les formes de courage, toutes les formes de souffrances toutes les morts. Pour nous le Mont Valérien EST UN TOUT: la Chapelle, la Clairière, la Crypte. Et c'est ainsi que nous désirons léguer ce qui a été notre motivation, l'espoir qui nous animait alors;           

Mais le Mémorial précise de 1939 à  1945. Or qui se souvient qu'en 39/40 en quelques jours seulement la France a perdu 130 000 tués  au combat dans des luttes désespérées. Qui se souvient des 37 cuirassiers tués en défendant l'entrée de Seaulieu, qui se souvient des Saint-Cyriens se battant le long de la Loire, qui se souvient des Cadets de Saumur se lançant à l'assaut avec leurs chevaux. Pourtant il a fallu leur exemple à tous pour que d'autres, après eux, soient animés du désir de reconquête. 

Mais la crypte entretient leur souvenir comme celui de tous les autres Le souvenir… Se Souvenir!           

Si notre monde devient moins superficiel moins égoïste et si nous savons expliquer à ces jeunes, pleins de bonne volonté ce que le passé leur lègue et ce qu'il a coûté, je suis certaine qu'ils adhèreront à notre sens des valeurs de civisme et de solidarité et qu'ils comprendont ce que signifie le mot : Patrie   

Lysiane Tellier