Imprimer

1808, IL Y A DEUX CENTS ANS, FRANCISCO GOYA, LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ET L’INSURRECTION ESPAGNOLE

 

La vie de  Francisco de Goya y Lucientes (1746 -1828) Histoire du plus important peintre espagnol des 18 et 19ème siècles 

Né dans la Province de Saragosse, son père, doreur de très bonne réputation, lui fait suivre une excellente formation de peintre dans les villes de Saragosse puis de Madrid. Il entreprend ensuite, à ses frais, un voyage en Italie pour étudier les Maîtres italiens in situ.

Au sommet de son art, Goya devient à 40 ans le peintre officiel du roi d’Espagne en 1786 et le restera jusqu’à l’arrivée de Napoléon. Goya est un artiste très en cour dans la capitale depuis longtemps. Par son talent, il est la coqueluche de la capitale. Il excelle dans les portraits qui feront sa fortune. Ses tableaux gais, chatoyants, parfois flatteurs de la société madrilène, plaisent au roi, à la bourgeoisie et aux princes qui gouvernent le pays.

Il profite de sa notoriété pour mettre en exergue et dénoncer dans un tableau l’omnipotence du Clergé qui dispose d’un pouvoir de vie et de mort sur « les hérétiques » au moyen de l’Inquisition !

C’est le témoin de son temps. Il met en scène les personnages les plus importants du « tout Madrid » : Particulièrement celui du Premier Ministre Godoy …et ceux supposés de sa maîtresse surnommée « la gitane » : « La Maja vêtue » et « la Maja nue » !

Quelques spécialistes estiment que, par certaines similitudes, c’est la treizième et belle Duchesse d’Albe qui est représentée mais rien n’est moins certain. 


 LA MAJA VESTIDA - (La Maja Vêtue) (fragment) 

_____________________________________________________________________

  

En 1807 le roi Fernando VII confisque le nu à Godoy. En 1814 L’Inquisition intente un procès à Goya pour obscénité. Le peintre réussit à obtenir l’absolution grâce à l’influence du Cardinal don Luis María de Borbón y Vallabriga. 

 

En 1927, la poste espagnole émet un timbre représentant "la maja nue", ce qui provoque un grand scandale sachant que c'est la première fois qu'apparaît un nu féminin en philathélie. 

 

“La gallina ciega” (la poule aveugle), variante espagnole de “Colin Maillard” sur les rives du Manzanares (Fragment) :

Dans les tableaux traitant de la bourgeoisie, Goya exprime presque toujours une critique fine et juste des travers de la société madrilène.

 

C'est l'été et la haute société de Madrid vient chercher un peu de fraîcheur sur les bords du cours d'eau. Les personnages sont vêtus suivant les derniers canons de la mode à cette époque : La mode française. Cette rive de la rivière, modeste au demeurant, était semble-t-il réservé à la haute société madrilène.  

_____________________________________________________________

 

Mais derrière la vie insouciante de la capitale se cache un pays essentiellement agricole avec une culture majoritairement extensive et pauvre.

Au 19ème siècle la richesse de l’Empire espagnol de Charles Quint est une époque totalement révolue : L’or des Incas et des Aztèques pillé par les Espagnols au 16ème 17ème et 18ème a enrichi la haute société en Europe … et appauvri durablement le pays (1).    

 

EL QUITASOL : Tableau dit de « l’ombrelle»  (Fragment). Sous le charme et le sourire des personnages on retrouve l’influence des Maîtres italiens.

Les spécialistes espagnols considèrent ce tableau comme le plus abouti du maestro Francisco GOYA. 

_____________________________________________________________________

 

Goya conquis par les Idéaux de la Révolutions Française

En 1808 à l’arrivée des Français, il  adhère aux nouvelles idées philosophiques de la Révolution véhiculées par les troupes napoléoniennes à travers l’Europe.

allegoria.jpg - 83.18 kb
Tableau représentant une allégorie de la ville de Madrid avec dans le médaillon, Joseph frère de Napoléon, roi d’Espagne :

Madrid faisant allégeance au nouveau roi. Cette déférence se remarque à peine par la présence d’un chien symbole de fidélité et d’obéissance. Au départ définitif des Français, le portrait de Joseph disparaît au profit de la formule se référant à la révolte du 2 mai. Goya absent, ces dernières retouches furent effectuées par son ami Vicente Lopez

__________________________________________________________________________

 

Goya, créateur engagé et la naissance du sentiment patriotique espagnol

Cependant les « méfaits » de l’occupation de 1808 à 1814 font que le peintre réalise une série de 82 dessins dénonçant « les désastres de la guerre »  

Puis il entreprend, dès le départ des français, la réalisation du « Dos de mayo », la révolte des Madrilènes (2) et du « Très de mayo », La répression sanglante des Français, exaltant ainsi la naissance du patriotisme espagnol jusque là inexistant.  

 dosmayo.jpg - 45.21 kbDos de Mayo

 

tresmayo.jpg - 25.49 kb Tres de Mayo

 

Dans le concours où il présente son projet pour obtenir la commande officielle des tableaux qui deviendront les chef d’œuvre du « 2 et du 3Mai 1808 » Il écrit son intention de : « Perpétuer au moyen du pinceau les notables et héroïques actions ou scènes de notre glorieuse insurrection contre le tyran de l’Europe ». Col. «Museos del Mundo», Tomo 7, Espasa, 2007. ISBN 978-84-674-3810-9

Force est de constater, deux siècles plus tard, qu’il a parfaitement réussi.     

 

L’exil en France

En 1814, après le départ des français, l’Inquisition en Espagne, est rétablie alors qu’elle avait été supprimée par Napoléon en 1808. Elle sera définitivement abolie seulement en 1834. En 1823, le roi d’Espagne Ferdinand VII retrouve le pouvoir absolu grâce à l’appui du Duc d’Angoulême et de ses troupes! Les Espagnols qui ont manifesté quelques sympathies pour la Révolution Française sont menacés. Goya juge plus prudent de s’exiler en France, à Plombières puis à Bordeaux.           

Le retour en Espagne?

Goya réfugié, il continue de peindre avec succès. L’été il se rend à Paris pour affaires. Par certains de ses derniers tableaux il est considéré comme le créateur de l'impressionnisme. (3)

Il suit avec intérêt l’évolution du pouvoir en Espagne. Il se rend parfois prudemment à Pampelune. Mais pour rentrer définitivement à Madrid et retrouver sa famille, il doit obtenir le pardon du roi. Hélas ses démarches faites en ce sens n’aboutissent pas.  Son moral est au plus bas et sa santé se dégrade rapidement. Quelques semaines avant sa mort, il a l’émotion de recevoir à Bordeaux la visite de son fils et de son petit-fils.     

En 2008 Madrid célèbre avec éclat Goya et le bicentenaire de la naissance du patriotisme espagnol 
Goya est considéré comme le dernier des anciens maîtres et comme le premier des modernes. Le côté subjectif de son art et l'audace de ses peintures a servi de modèle aux générations suivantes, notamment à Manet et Picasso.
 

Goya est reconnu comme un des maîtres de la peinture tous siècles confondus.

Avec en vedette deux chefs-d'oeuvre restaurés : le «Deux Mai » et le «Trois Mai », Le musée du Prado organise la plus importante exposition Goya depuis quinze ans. Entrée gratuite pour les plus de 65 ans.

 

Jacques Monbeig-Andrieu           

 

___________________________________________________________________________

(1) Au 16ème siècle après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, les conquistadors espagnols, des aventuriers sans scrupules, dont Cortés et Pizarro ont annexé au royaume d’Espagne la plupart des pays de l’Amérique latine.  

Ils mettent à sac les régions conquises avec une cruauté sans égal.  Pizarro ayant capturé le chef des incas Atahualpa, celui-ci négocie contre sa liberté une rançon exorbitante : remplir une maison d’objets en or et une seconde d’objets en argent : La rançon ayant été constituée, il est exécuté ! Pizarro ayant vécu par l’épée périra par l’épée : Pour des raisons obscures il est assassiné par ses propres spadassins.   

La période 1810-1860 voit les pays d’Amérique du Sud et du Centre s’émanciper du joug espagnol. L’occupation de l’Amérique latine par les espagnols se termine l’été 1857. Cent ans plus tard, la commémoration de cet événement est fêtée dans tous les pays du Mexique au Nord à la Patagonie au Sud.  Aujourd’hui encore, la coupe de football qui réunit tous les pays de l’Amérique Latine est appelée « la Copa Libertadores » : La coupe des libérateurs !  

Après la mort de Franco en 1975, l’Espagne démocratique régularise durablement des relations privilégiées avec tous ces pays sauf Cuba : Récemment, alors que beaucoup de Cubains sont d’origine de la Galice au Nord-Ouest de l’Espagne ou du Pays Basque, il semble que La Havane soit revenue en odeur de sainteté à Madrid.   

 

(2) L’aventure du tableau « El dos de Mayo » au 20ème siècle

Au cours de la guerre civile espagnole, de 1936 à 1939, devant l’avancée des Franquistes vers la capitale, les Républicains voulurent mettre le tableau à l’abri. Le convoi transportant le chef-d’œuvre sort du Musée et à cause de sa grande taille, il a des difficultés pour tourner à l’angle d’un carrefour. Le coin supérieur gauche de la toile subit une énorme estafilade. La toile sera très sommairement réparée.

Aujourd’hui, après quelques mois passés dans les ateliers de restauration jusqu’au printemps 2008, le tableau est de nouveau visible. 

 

(3) La laitière de Bordeaux


« La lechera » Le modèle serait la fille de la seconde femme de Goya,

soit probablement la fille du peintre

 

 

  Jacques Monbeig-Andrieu