Imprimer


Aujourd'hui, 16 mai 2007, notre nouveau Président de la République a manifesté son attachement à l'Histoire de notre pays !A l'Arc de Triomphe tout d'abord où, après le dépôt d'une gerbe, il a effectué le geste combien symbolique du ravivage de la Flamme au tombeau du Soldat Inconnu, alors que la coutume voulait que les nouveaux Présidents déposent simplement une gerbe.

A la Grande Cascade ensuite, sur le lieu où furent massacrés en août 1944, 35 jeunes patriotes résistants. Après la lecture de la lettre pathétique de Guy Moquet, âgé de 17 ans, écrite la veille du jour où il sera fusillé, Nicolas Sarkozy a prononcé des paroles émouvantes qui s'adressaient aux Enfants de France. 

"Souvenez-vous, Enfants de France, que des hommes admirables ont conquis par leur sacrifice la liberté dont vous jouissez…

Aimez la France parce que c'est votre pays et que vous n'en avez pas d'autre."

 Il est, ce soir, des hommes et des femmes qui ont ressenti une grande émotion : ce sont les Orphelins de guerre – souvent pupilles de la Nation – qui n'ont rien oublié de leur jeunesse mutilée par la disparition d'un père - ou d'une mère -  qui ont  donné leur vie pour la liberté de la France.Car les "Morts pour la France" ne sont pas des morts comme les autres et leur sacrifice appartient à l'Histoire de ce pays.Ils ont donné leur vie sous l'uniforme en 1940 ou dans les forces de la France Libre, ils ont été les victimes de l'atroce tragédie des camps de concentration ou sont tombés en résistant à l'occupant sur le territoire national.


Mais tous, quelques soient leurs croyances, leurs opinions ou leurs idées,  avaient au cœur "une rage de France".
Ils ont tout donné, jusqu'au sacrifice suprême, avec une générosité et un courage qui nous dépasse.
Les noms de tous ces Morts ont été gravés dans la pierre de nos monuments aux morts comme pour leur donner un peu d'immortalité, comme pour dire à la jeunesse de ce temps : n'oubliez jamais le prix payé pour votre Liberté.
Car l'Histoire est enseignement pour les vivants ! 

Enfants de France, n'oubliez pas que l'âme de notre peuple se trouve dans son passé, dans ce creuset millénaire où s'est forgé l'identité de la France et qu'un peuple qui perd son âme n'a pas d'avenir !

   

Jean DESMARÈS