DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

 



Le 2 Novembre 2007 à l'Arc de Triomphe

Pour le 80ème anniversaire de la création de notre Mouvement, ce 2 novembre se devait d'être une réussite et il le fut.
Cette journée, traditionnellement dévolue à notre Fédération, a débuté par la visite de la maison de Victor Hugo, place des Vosges, suivi d'un excellent repas à la célèbre brasserie Bofinger.

Mme Mathilde Lorrain avait méticuleusement organisé cette journée qui nous conduisit à 16 heures 30 à l'église Saint-Roch où un Office religieux fut célébré par le Père Fournier à la mémoire de nos chers disparus, en présence de 20 drapeaux. À l'issue de l'Office religieux, un moment de recueillement a été observé par la centaine de participants devant l'autel dédié aux martyrs de la Résistance et de la Déportation.

Les trois cars venus d'Eure-et-Loir, de l'Oise et de Paris, conduisaient alors les participants à l'Arc de triomphe où, chaque 2 novembre, notre Fédération ravive la Flamme qui symbolise le sacrifice de tous les soldats « Morts pour la France» et dépose une gerbe tricolore.

En présence de plus de 250 personnes et de 50 drapeaux, 20 jeunes enfants, arrière-petits-fils de morts pour la France, ont déposé chacun un bouquet de fleurs sur la dalle sacrée.

M. Frédéric Lacave, Sous-Préfet Chef de Cabinet du Préfet de la Région Ile de France, le Général Lanier-Lachaize représentant le Maire de Paris, M. Jean­Francois Jobez, Directeur interdépartemental de l'Office national des ACV.G., M. Jean-Louis Delpuech Directeur départemental de Paris, Monsieur Goujat, Président de l'U.F.AC. et de la FNCPG-CATM, M. Yves Doury Secrétaire général de l'U.F.AC. et Président des Fils des Tués de l'Eure et Loir ont honoré de leur présence cette cérémonie.  

M. Daniel Dollfus un des doyens de notre Fédération, ancien Président de l'Yonne, ancien conseiller fédéral, aujourd'hui âgé de 92 ans, médecin-chef des hôpitaux des armées, accompagnait le Président Jean Lavignasse pour le Ravivage de la Flamme, en présence de Mme Darricau, Secrétaire générale de l'Association des Veuves de guerre et de Mme Josette Guillou-Honigsberg qui, malgré un deuil très récent, avait tenu à honorer, avec les membres de sa famille, ce moment de Souvenir et de Recueillement.

 À l'issue de la cérémonie parfaitement présidée par le général Combette, nous nous sommes quittés, heureux de cette belle journée, promettant d'être encore plus nombreux l'an prochain à ce rendez-vous de témoignage et de fidélité à nos Pères et à tous ceux qui ont donné leur vie pour le Pays.  

 

 

________________________________________________________

Programme : 

- Rendez-vous à 11h devant la maison de Victor Hugo  (Hôtel de Rohan-Guéménée), 6 place des Vosges - Paris  4ème   

Ou 

- A 12h30 au restaurant Bofinger, 5-7 rue de la Bastille – Paris 4ème 

-16h30 : Office religieux à l’Eglise St Roch à la Chapelle de la Vierge. 

-18h30 : Ravivage de la Flamme (Rendez-vous au musoir Friedland à 17h45) (Des cars seront à notre disposition pour se rendre de la place des Vosges à l’Eglise St Roch et à l’arc de Ttriomphe) 

Maison de Victor Hugo. 

Victor Hugo a longtemps vécu non loin de la place de la Bastille, dans un appartement au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, sous les arcades de la place des Vosges. Il y habita pendant 16 ans, de 1832 à 1848. Il y recevait entre autre Alfred de Vigny, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée et Alphonse de Lamartine.

C’est dans ce lieu qu’il a écrit quelques unes de ses plus grandes œuvres, comme par exemple Les Chants du Crépuscule et c’est aussi là qu’il rédigea la plus grande partie des Misérables.

Cet appartement a été transformé en musée, à l’initiative de Paul Meurice (1818-1905), ami et défenseur d’Hugo, pour le centenaire de la naissance de l’écrivain. Meurice fit alors un don très important de livres, d’objets et d’un fond de dessin à la ville de Paris. La quantité de fonds d’œuvres graphiques et de manuscrits et la plus importane avec celle de la Bibliothèque Nationale de France. On peut aussi y voir des peintures et des sculptures rendant hommage à l’écrivain.
 

Le musée a été inauguré le 30 juin 1905. 

Hôtel de Béthune-Sully

*Situé non loin de la maison de Victor Hugo, l’Hôtel de Sully a été construit en 1624 par Jacques Androuet du Cerceau, sur les ordres du financier Gallet. Dix ans plus tard, le 23 février 1634, Maximilien de Béthune, Duc de Sully et ancien ministre de Henri VI l’achète et l’Hôtel restera dans cette famille jusqu’au milieu du XVIIIème siècle. Son petit fils, Second Duc de Sully y fait construire une aile supplémentaire à l’ouest de la maison, côté jardin.

Pendant la Révolution, il est envahi par le commerce et partagé par de nombreux locataires. Classé monument historique en 1862, il est racheté par l’Etat en 1944, il a pu retrouver son aspect d’antan grâce à une grande restauration, terminée en 1976.

Aujourd’hui, c’est le siège du Centre des Monuments Nationaux.Pour l’architecture, il a un plan classique constitué d’un corps de logis centré, entre cour et jardin, précédé de deux ailes qui rejoignent deux pavillons. Par contre, il possède une grande richesse dans les décors sculptés, qui laissent apparaître une influence baroque.

A l’entrée se trouve une magnifique librairie où nous vous conseillons d’aller faire un tour. 

Sophie Boissier