Il n’est pas inactuel aujourd’hui de rappeler que toujours  les Fils des Tués ont appelé à la tolérance et au respect des victimes de guerre… 

Dans cette France qui voit maintenant une minorité développer un antisémitisme inacceptable  nous devons dire ici combien nous sommes attachés à la Paix des consciences !

Dans notre mouvement nous avons toujours respecté les opinions, les engagements et les croyances des nos compatriotes.

N'oublions pas que profaner les cimetières où reposent nos morts est une indignité et une insulte à l'humanité toute entière.
Dès février 1972 nous appelions dans notre journal à Pardonner sans jamais Oublier.

Voici un extrait de cet article…

                                                                                                            Jean Desmarès

 

 

                                       PARDONNE MAIS N'OUBLIE PAS

 

Il est encore des lieux situés au milieu des grandes cités urbaines et qui restent solitaires . Il en est un, situé dans l'île de le Cité derrière Notre-Dame de Paris

dans lequel tout homme présent fait silence et se recueille.

C'est là, dans la pierre, que se trouve  gravée la phrase choisie comme titre de cet article.

Cette phrase concise, directe, affirmative, invite les hommes à pardonner, mais à se souvenir.

Il est aisé dans un lieu comme celui-ci d'évoquer le passé, les sacrifices et les souffrances des déportés !

Lequel d'entre nous ne sentirait pas ressurgir du fond de sa mémoire l'image d'un père et les souvenirs de sa jeunesse ?

 

Mais dans notre monde sans poésie, les lieux qui invitent l'homme à la réflexion, à la méditation et au souvenir se font rares…