Imprimer
            Douze ans, douze ans en cette année qui commence, que nous nous battons pour qu'enfin, justice nous soit rendue. Douze ans de combats en pure perte, douze ans de promesses non tenues et de lettres sans réponse. Aussi, aujourd'hui, je dis : Assez ! Assez de tergiversations, assez de paroles inutiles.            
 
Orphelins, Fils de Tués, mes amis, si nous voulons que justice nous soit rendue, que l'on accorde enfin l'égalité qui nous est due, groupons nous et battons nous. Nous avons des épouses, des enfants, voire des petits-enfants et de nombreux amis. Nous représentons une grande force en cette année cruciale pour notre Pays ! Défendons notre Droit avec vigueur, soyons les dignes fils de nos Pères.            
 
Alertons les médias, journaux et télévisions, s'il le faut, faisons appel à l'arbitrage de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, afin que l'Europe entière sache qu'en France, on fait des différences entre les enfants de ces fils qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la Liberté. Forçons nos gouvernants à respecter le fondement même de notre République qui énonce, dans sa déclaration : "les Hommes naissent libres et égaux en droit" : où est l'égalité en ce qui nous concerne ?  La pleine et entière reconnaissance de notre situation apaiserait la juste et sourde colère qui gronde en nous.            
 
Doit-on oublier ce Français libre tombé dans les sables de Bir Hakeim, ce tirailleur algérien tué pour la libération de Marseille ou ce tankiste de la 2°DB qui, fidèle jusqu'au bout au serment de Koufra mort, brûlé vif dans son char pour la libération de Strasbourg ?            
 
Ne sommes-nous pas leurs enfants ? Non, on ne peut oublier l'Inoubliable !            
 
Je dénie à tout homme politique, ou à tout haut fonctionnaire, de dire que le sang de mon Père n'a pas la même valeur que celui de ces autres enfants, morts pour la liberté.            
 
Orphelins, mes frères, comme moi, vous avez toujours, et depuis votre plus tendre enfance, porté haut et fiers les couleurs de notre belle France, refusons cette injustice !            
 
Bien sûr, nous sommes parfaitement conscients de l'effort financier que l'Etat doit fournir pour nous rendre justice. On trouve bien de l'argent pour certains organismes qui en profitent très largement et sans vergogne. Il serait moral qu'enfin, on accorde simplement l'égalité totale dans l'application des avantages des décrets de 2000 et de 2004, à tous les orphelins de guerre sans distinction. On nous l'avait pourtant promis, il y a cinq ans, en déclarant "qu'ensemble, tout était possible" :….. il n'en fut rien !            
 
La France a pourtant envers nous, une dette d'Honneur et de Sang.            
 
La France aurait-elle perdu son Honneur ? 
 
ALBERTINI Jean-Michel,Fils de Tué Section d'Antibes