Le samedi 6 octobre 2007

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les membres du Bureau, Mesdames et Messieurs, Cher(e)s Ami(e)s,

Vous voudrez bien tout d'abord excuser mon absence lors de votre congrès national qui marque le 80t\me anniversaire de la création de votre mouvement, mais des  obligations prises antérieurement ne me permettront pas de me joindre à vous à la date du 6 octobre prochain.

A chacune et à chacun d'entre vous, je veux dire combien j'ai été sensible à vos messages de félicitations et d'encouragements quant à ma nomination en ma qualité de Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants.

Sachez que je mesure pleinement le poids de mes responsabilités et l'importance de la tâche qui m'a été confiée. 

Votre congrès est l'occasion de rendre hommage à vos grands-pères et pères qui se sont battus avec courage, loyauté et esprit de sacrifice pour défendre les valeurs nationales jusqu'au-delà de nos frontières.

Ils portaient au plus profond d'eux-mêmes cette part extraordinaire d'humanité, cette conscience absolue du devoir qui font que rien ne résiste à l'appel de la Patrie en danger ... ni l'intérêt, ni la peur, ni l'égoïsme.

A vous et à leurs frères d'armes, je veux dire que nous ne les avons pas oubliés et que nous ne les oublierons pas, et aujourd'hui, avec vous, je veux rendre l'hommage de la Nation toute entière aux soldats de ces deux guerres mondiales.                                                                    

Il nous faut en effet garder vivante la mémoire de ces hommes qui ont su tenir debout, unis dans la même souffrance, ayant enchaîné leur âme à la patrie quand les lignes  ennemies partaient à l'assaut dans un déluge de feu et de fer.

La France a uni ses enfants dans le sacrifice, au-delà des origines, au delà des croyances, au-delà des conditions.

Il est de mon devoir de veiller à ce que leur flamme ne s'éteigne pas.

Je vous souhaite un excellent 73ème congrès national à l'occasion duquel je salue les 80 ans de votre mouvement.