LA RÉVOLUTION FRANÇAISE - L'EMPIRE - LA GUERRE CIVILE ESPAGNOLE 

 

Les guerres napoléoniennes : le 27 Février 1814….. La bataille d’Orthez

 

 

 C’est la première bataille importante qui se déroule sur le sol français lors de la retraite des armées Impériales qui viennent d’abandonner la péninsule ibérique après une série de revers militaires.

Le Duc de Wellington
Commande les armées de la coalition anglo-portugaise et Le Maréchal Soult dirige les armées impériales. La vallée du Gave de Pau à Orthez est un obstacle naturel pour barrer la route de Toulouse aux coalisés.  

                   

Retour sur les projets de Napoléon dans la péninsule ibérique


De 1808 à  fin 1813 les Français occupent l’Espagne. Malgré la défaite complète des armées espagnoles, cette expédition se termine par un fiasco retentissant : Napoléon n’a pas réussi à imposer sur le trône son frère Joseph :

 
Le 2 mai 1808, « el dos de mayo » (fragment) ou la lutte des mamelouks à la "Puerta del sol" de Goya, les civils espagnols se soulèvent à Madrid

 


Le 3 mai 1808, « el très de mayo » de Goya (fragment), cette révolte  est écrasée dans un bain de sang. 

 

  Le sort de la bataille  

Il se dessine rapidement dès les premiers contacts dans la journée du dimanche 27 février 1814. Les Coalisés sont supérieurs en nombre. L’essentiel des combats se situe sur une ligne de crêtes dans le village de Saint Boès sur un front de 8 Km au nord de la ville d’Orthez !  

Dès le matin, l’Etat Major de Wellington prend place sur le Camp Romain, Oppidum (1)  idéalement placé pour dominer le village et la vallée du gave donc le Théâtre des Opérations.

Wellington tente un premier mouvement de débordement de l’aile droite de Soult pour enfermer les Français dans la ville. Il se ravise ensuite et réussit à enfoncer en plein centre et coupe en deux les armées impériales.  Dès lors Soult décide de battre en retraite dans la direction de Toulouse.  

Au soir de la bataille, la légende rapporte que le Général Wellington prend place à « La belle hôtesse » à la table réservée le matin même par l’Etat-major français!      

 

Les conséquences

Côté Anglais cette victoire considérée comme capitale voit grandir la réputation de Wellington, en cette circonstance bien plus brillant stratège que son adversaire.       

Soult, dans ses rapports, fait valoir l’exemplarité de l’organisation de la retraite jusqu’à Toulouse.  Cette défaite voit l’armée des Coalisés occuper durablement le Sud-Ouest du pays jusqu’au départ définitif  de Napoléon pour l’exil à Sainte-Hélène.     

Histoire locale à propos de la bataille d’Orthez 
Pendant l’occupation allemande, grand seigneur, un fermier M. Chrestia (3) offre à ma mère, l’institutrice du village de Saint Boès, les boulets de canon retrouvés par ses ancêtres sur leurs terres : Ils permettront d’appliquer les nouvelles directives du gouvernement de Vichy concernant le sport à l’école car les moyens pour se procurer du matériel de sport font cruellement défaut ! 

Vers 1943, fin connaisseur, l’occupant effectue sur les mêmes terres des manœuvres et des simulacres de combat sous l’oeil goguenard des curieux, déjà informés des premiers revers militaires allemands : Les observateurs attentifs discutaient entre eux en patois béarnais car on ne saurait être jamais assez prudent.

 
   

Les carrières des deux chefs de guerre    


La carrière de Wellington
Comme ses maîtres César et Napoléon, Wellington construit habilement, grâce à ses succès militaires en Espagne et en France, une brillante carrière politique : En 1828 et en 1834 il devient Premier ministre.      

La carrière de Soult 
La carrière militaire de Soult est remarquable en tous points :Orphelin de père et simple soldat à 16 ans, il est officier à 22 ans. Ses excellentes qualités de cavalier font qu’il devient Général de brigade à 26 ans, Général d’armée à 31 ans, Maréchal d’empire à 35ans. Il commande ensuite l’ensemble des armées napoléoniennes en Espagne.     

En toute circonstance, Soult reste fidèle à Napoléon. Pendant les cent jours il rallie l’Empereur et l’assiste jusqu’à la défaite de Waterloo…

Ensuite il sert quasiment sans interruption les régimes républicains ou monarchiques qui se succèdent en France jusqu’en 1847.

Il est Ministre ou Chef du gouvernement (2) à plusieurs reprises. 

 

(1) Oppidum : Place forte celte témoignant de l’existence d’une société organisée il y a plus de 30 siècles !

(2) Chef de gouvernement : Le poste de Premier ministre est créé en France par la Constitution de la Vème République du 4 octobre 1958.

(3) Chrestia : Nom commun synonyme de Cagot. Les Cagots au Moyen Age sont présents dans le Sud-Ouest de la France et leur origine reste toujours mystérieuse.  
« Ce nom serait  une appellation de commisération » (Source Michel Grosclaude – Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons);
Henri IV, roi de France et de Navarre, ne dédaignait pas séduire une « Cagote ».

_______________________________________________________________________________________

L’histoire de l’Art côtoie celle des conquêtes  napoléoniennes : 

Soult et les Chefs-d’œuvre de la peinture espagnole  (Sources Musée du Louvre) 

- « Les troupes impériales françaises pillent allégrement les collections conquises et ramènent dans leurs bagages des chefs-d'œuvre de Murillo, Ribera et Zurbaran, qui seront restitués après Waterloo. Le maréchal Soult, général qui installe Joseph sur le trône d'Espagne, constitue une galerie privée où Delacroix pourra copier Zurbaran. La collection sera dispersée par ses héritiers ». « Plus finaud, Louis-Philippe achète ce que d'autres voulaient voler. En janvier 1838, ouverture de "la galerie espagnole" du Louvre, collection de 400 tableaux rassemblés par le baron Taylor entre 1835 et 1837 pour Louis Philippe. On y trouve notamment une centaine de Zurbaran qui font l'admiration de tous notamment de Théophile Gautier. L'impact est énorme ».(Sources : A propos de l’exposition du 17.IX.2002 au 12.I.2003,  "Manet-Velazquez  ou la manière espagnole au XIXe siècle" au Grand Palais à Paris)

- En 1817 Soult vend au Musée du Louvre « L'Immaculée Conception à six personnages » d’Esteban Murillo. 


- « L'Immaculée de Soult » (un personnage) d’Esteban Murillo réalisée pour l’ Hospital de vénérables Sacerdotes’ de Séville en 1678. Elle est acquise par Napoléon III pour la somme la plus importante jamais payée et fut conservée au Louvre de 1852 à 1941 : Entre 1940 et 1944 Franco essaye de récupérer les Chefs-d’œuvre espagnols auprès du gouvernement de Vichy : Ce dernier tableau, donné à Franco par Pétain, est aujourd'hui au musée du Prado. 

 Jacques Monbeig-Andrieu