Le Chemin des Dames

 

 

100 ans après l’offensive Nivelle, le Chemin des Dames continue à marquer d’une indélébile empreinte pour ceux qui y vivent.

Le nom se réfère aux filles de Louis XV Marie-AdélaÏde et Victoire qui empruntent le chemin pour rendre visite à la comtesse de Narbonne-Lara dame d’honneur de Marie Adélaïde, au Château de la Bove.

Le Chemin des Dames est un plateau calcaire orienté Est-Ouest, situé entre la vallée de l’Aisne au sud et celle de l’Ailette au nord. Ce plateau est un bel observatoire, tant vers le nord et la plaine située  à l’est entre Reims et Laon, que celle située au sud de Soissons.

Terre d’invasion traditionnelle, dès le lendemain de la bataille de la Marne  se déroule la première offensive de l’Aisne. Bien des batailles s’y sont déroulées  avant la première guerre mondiale :  

-Déjà en 57, César y a défait des tribus gauloises.

-En 486, le jeune chef franc Clovis bat près de Soissons  (1) Syagirius, le dernier représentant de la vieille aristocratie gallo-romaine.

- Le 7 mars 1814 Napoléon y gagne sa dernière victoire de la campagne de France, au prix de plus de 7 000 Français et 5 000 Russes et Prussiens.

Mais c’est la Première Guerre Mondiale qui voit sur ce plateau les combats les plus amples  et   les plus meurtriers.

Dès le 2 septembre 1914, des unités allemandes gravissent les pentes du Chemin des Dames sans s’y arrêter,  à la poursuite des armées françaises. Ils ont le temps de transformer cet observatoire en forteresse en aménageant les carrières (les creutes)  dont la Caverne du Dragon, ils édifient des ouvrages en béton en camouflant de nombreux nids de mitrailleuses, tendent des réseaux de barbelés et des tranchées avec boyaux et abris. C’est une des raisons du cuisant échec de l’offensive de Nivelle le 16 avril 1917.

D.R.

 100 ans après l’offensive Nivelle, le chemin des Dames continue à marquer d’une indélébile empreinte ceux qui y vivent

 

Le dimanche 16 avril 2017 a été choisi pour commémorer le centenaire de la bataille du Chemin des Dames et l’inauguration de la nouvelle sculpture  d’Haïm Kern :

« Ils n’ont pas choisi leur sépulture »

 Dédiée à tous les anonymes qui perdirent d’un coup leur jeunesse et leur avenir, elle enserrait dans sa tresse des visages d’hommes ; elle se dressait dans l’écrin de l’arborétum de Craonne, Craonne, lieu sacré  qui fut au printemps 1917 le cœur ensanglanté de la Première Guerre mondiale.

Rappelons  : Une première sculpture avait été inaugurée par le Premier Ministre Lionel Jospin en 1998 pour le 80ème anniversaire de l’armistice ; cet œuvre en bronze érigée sur le plateau de Craonne mesurait 3,90 mètres et pesait 1500 tonnes. Le 24 mai 1999 cette sculpture est retrouvée abattue, restaurée, elle est remise  en place le 8 novembre 1999 ; elle est à nouveau abattue le 24 avril 2006 et remise en place le 6 novembre de la même année.

Le 12 août 2014,  elle disparait complètement …seuls quelques morceaux  ont été retrouvés… le reste a probablement été fondu et revendu !

Haïm Kern précise qu’il est impossible de réaliser une reproduction fidèle à la première, il y aura forcément des différences.

 

 

Mathilde Lorrain

 

 

(1)Après la bataille de Soissons, la ville est pillée et les trésors sont rassemblés pour le partage du butin dont un vase sacré ; Saint-Rémi l’évêque de Reims qui aimerait récupérer ce vase envoie un message  auprès du roi des Francs,  cependant, la règle des Francs est de tirer au sort la part de chacun parmi le butin.

Avant que le tirage commence, Clovis demande que ce fameux vase lui soit remis en plus de la part qui lui sera réservée ; la plupart des guerriers sont d’accord mais un franc  s’avance et frappe le vase avec sa hache.

La tradition veut que le vase fut brisé mais en fait, il ne fut que cabossé, c’était un vase de métal. Clovis ravale sa colère et fait donner à l’envoyé de Saint-Rémi ce qu’il reste du vase.

 

  

Programme du 18 avril 2017

-11 heures 30 : cérémonie officielle  à Cerny-en Lannois (elle sera retransmise sur écran dans le village de Craonne).

-14 heures : ouverture au public de la Caverne du Dragon et de la nouvelle ouvre de l’artiste Haïm Kern

-16 heures : Grand concert –hommage à Craonne

-20 heures : marche des brancardiers au départ de Craonne

-22 heures : veillée spectacle dans la nécropole nationale de Craonelle et veillée du centenaire dans les communes du département de l’Aisne.