Au-delà de l'actualité

 

jean.jpg - 22 kb

 Par Jean Lavignasse

Président fédéral

 

Depuis plusieurs mois nous sommes engagés dans une campagne électorale qui permet à chaque candidat de déverser à travers les médias les recettes qui vont améliorer le sort des Français. Chaque prétendant à la magistrature suprême publie son catalogue de mesures ciblant telle ou telle catégorie de lecteurs.

 

Notre Fédération, soucieuse de faire entendre la voix des « oubliés » du monde combattant a décidé, en accord avec l'association des Pupilles de la Nation de Bernard Garnier et de l'ANPNOGD de André Lecoq d'adresser un courrier aux futurs candidats à leur rappelant les engagements pris par leurs prédécesseurs.

 

L'article publié dans le dernier numéro de notre journal et intitulé « Sommes-nous les bâtards du monde combattant ?» a fait réagir nombre de nos adhérents. Nous avons retenu la lettre de Madame Élise Ramond de la Haute-Garonne qui résume, nous semble-t-il, par sa simplicité et son cri du cœur les sentiments de révolte partagés.

Je reste convaincu que cette lettre parlera à beaucoup d'entre vous.

 

En cette année 2017 où nous célébrons le centenaire de la création de l'Office national des Pupilles de la Nation (1917) nous aurions espéré une réaction de notre Ministre de tutelle à qui nous avions adressé cette lettre. Elle n'est malheureusement pas venue et ne fait que confirmer le peu de considération des pouvoirs publics vis-à-vis des Orphelins de guerre et Pupilles de la Nation.

 

Lors de notre 90ème Congrès national, qui cette année se déroulera à Paris courant septembre en raison des échéances électorales, nous ne manquerons pas  d' interpeller le nouveau ministre qui, nous l'espérons, sera davantage à l'écoute de notre revendication et saura accorder à notre Mouvement la reconnaissance qui lui est due.

 

Dans un souci de préserver  l'avenir de notre Mouvement,  notre Fédération vient de signer avec Monsieur Serge Barcellini Président du Souvenir français, une convention de partenariat, les deux associations ayant constaté leur objectif commun de transmission de la mémoire de nos pères morts pour la France et le partage des mêmes valeurs.


Ainsi pouvons-nous espérer qu'au-delà de nos personnes sera perpétuée la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour le pays.

 

 

 

V. le 9 janvier 2017,

Monsieur le Président Fédéral,

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai pris connaissance de votre lettre adressée à
Monsieur le Ministre des Anciens Combattants et victimes de guerre, N0° 736 de Novembre-
décembre 2016, sous le titre
« Sommes- nous les bâtards du monde combattant ? »

Votre lettre, Monsieur le Président, traduit bien ce que nous, pupilles de la Nation,
avons pu ressentir toute notre vie durant.

A 85 ans, rien n'a pu faire oublier le vide crée par l'absence de celui qui n'est pas
revenu parce que le service à son Pays lui avait couté la vie.

Merci Monsieur le Président d'avoir rappelé tant d'ingratitude à ceux qui ont les
destinées de notre pays entre leurs mains.

Veuillez agréer, Monsieur le Président Fédéral l'expression de mes sentiments
dévoués.

Elise R.