Lettre ouverte à Monsieur le Ministre des Anciens combattants et Victimes de guerre

 

 

  Monsieur le Ministre,  

 

Sommes-nous « les bâtards » du monde combattant ?

 

C'est avec le plus vif intérêt que nous venons d'apprendre que les pensions des anciens combattants et des harkis seront relevées en 2017.

Plus d'un million de personnes vont voir leur pension relevée de 11 %.

La retraite du combattant va ainsi passer de 674 € à 702 € au 1er janvier 2017 et à 750 € fin 2017.

 

L'allocation de reconnaissance versée aux Harkis, forces supplétives de l'armée française lors de la guerre d'Algérie va, elle aussi, être revalorisée de 100 € pour atteindre 2422 € ou 3515 € annuels selon les cas.

 

La demi-part fiscale a été ouverte à partir de 74 ans pour ces mêmes ressortissants.

Pour les Orphelins de guerre « Fils et Filles des Morts pour la France » rien.

 

L'absence du père fait sans doute parti des dégâts collatéraux de la guerre.

 

Toute une vie sans la présence d'un père n'interpelle plus aujourd'hui nos responsables politiques d'où notre interrogation : sont-ils morts pour rien ?

 

Si les anciens combattants représentent plus d'un million de personnes et donc un enjeu électoral majeur, les Fils des Morts  pour la France ne sont plus aujourd'hui qu'environ 100 000. Sans doute les considérez-vous comme quantité négligeable ?

 

Les grandes associations du monde combattant soutiennent « moralement » notre revendication de l'égalité de traitement pour tous les orphelins de guerre « Fils de morts pour la France » suite aux décrets de 2000 et 2004.

 

Face aux rejets réitérés de notre revendication, nous avons souhaité que des mesures, aussi symboliques soient-elles, soient prises afin de procéder à un alignement des Orphelins de guerre sur les mesures attribuées aux anciens combattants. Sans réponse.

 

Nous ne pouvons qu'être tristes, une fois de plus, à l'annonce de ce budget qui ne tient nullement compte du sort des Orphelins de guerre, complètement oubliés.

 

Faut-il en conclure que, oui, les Orphelins de guerre sont « les bâtards » du monde combattant ?

 

Le Président Fédéral

Jean Lavignasse