PREMIÈRE GUERRE MONDIALE 

centenaire.jpg - 147.6 kb

De février à décembre 1916, à Verdun, une bataille pour rien mais tant de morts sacrifiés sous un déluge d'artillerie afin que la France reste debout !
Une bataille pour rien puisqu'en décembre 2016, à la fin des combats autour de Verdun, pas de gains importants de territoire pour les belligérants – après dix mois chaque camp revient à sa position initiale !
 Mais environ 150.000 soldats tués ou disparus et 200.000 blessés dans chaque camp… 700.000 victimes au total - un bilan de pertes effrayant.

La plus sanglante bataille de la Grande Guerre.
Près de 70% des soldats de l'armée française sont "montés" au front par rotation des unités, système mis en place par Pétain !
La terre sacrée de Verdun a bu le sang des morts et témoigne pour la mémoire à jamais inscrite dans l'histoire des hommes.
Symbole du champ de bataille de Verdun, l’Ossuaire de Douaumont est une œuvre privée, fondée par l'évêque de Verdun Monseigneur Ginisty avec l'aide du Général Valantin et Madame de Polignac, veuve de guerre, pour donner une sépulture aux soldats non identifiés tombés sur le champ de bataille.
  Commencé en 1920, l'ossuaire des soldats non identifiés fut inauguré par le Maréchal Pétain le 18 septembre 1927 et il prononça en particulier ces mots :

"Si tous ceux qui sont tombés ici se levaient, c'est une armée entière qui se dresserait"

Il nous faut ici rappeler le sacrifice de ces héros de Verdun et penser à tous ces orphelins de guerre qui furent nos camarades et nos amis… dont les pères tombèrent en 1916 à Verdun.
Notre mouvement a toujours été présent auprès de l'association de "Ceux de Verdun".  

Ce fut notre devoir de témoigner auprès d'eux de cette hécatombe.

Le Souvenir est pour nous tous une valeur sacrée, n'oublions jamais.

Jean Desmarès
Rédacteur en chef adjoint